• Media
  • Actualités
  • De graves faiblesses dans la gestion financière des elections

Fikin-kinshasa - Samedi 31 Octobre 2015

Non A Toute Tentative De Restaurer La Dictature En EDC

Freddy Matungulu: "Non A Toute Tentative De Restaurer La Dictature En EDC"

Chers compatriotes, membres de Congo Na Biso, Distingués invités,

Votre présence nombreuse et combien militante en ce lieu, ce jour, me réconforte et honore une fois de plus notre grand Parti national, Congo Na Biso (CNB).

Au-delà d’un agenda bien contraignant depuis notre rencontre du 3 octobre dernier, c’est avec beaucoup d’impatience que j’attendais de vous revoir.

Vous revoir pour remercier chacune et chacun de vous pour l’adhésion à CNB et, bien entendu, pour le grand accueil qui nous a été réservé – mon épouse et moi-même – le jour de notre retour au pays de nos ancêtres.

Je souhaite aujourd’hui vous réitérer ma gratitude pour ce retour au bercail que vous avez voulu grandiose et qui nous a tous tant honorés.

Chers compatriotes,

Notre parti, Congo Na Biso, a une grande ambition : changer fondamentalement la République Démocratique du Congo ; en faire un Etat réellement Démocratique qui garantit l’égalité des chances pour tous les citoyens congolais, y compris, bien entendu, les plus vulnérables d’entre nous.

Bien plus, le CNB souhaite établir dans ce pays un Etat où les valeurs de la redevabilité, l’aptitude à rendre compte ne doit plus être un slogan, mais plutôt un mode de vie et une réalité quotidienne.

Nous voulons tout cela parce que notre volonté est de bâtir au cœur de l’Afrique un Congo grand et prospère, en fidèle harmonie avec la vocation de grandeur naturelle de ce pays-continent et des grandes potentialités dont il dispose.

Cher compatriotes,

Pour réaliser ces objectifs, nous devons et nous allons accéder au pouvoir par des voies démocratiques.

Pour cela, je vous exhorte à renouveler aujourd’hui votre attachement au projet de société de CNB et, dès demain, à travailler d’arrache-pied pour susciter, dans ce vaste pays, davantage de nouvelles adhésions à notre parti, Congo Na Biso. Tout naturellement, vous devriez aussi, chers compatriotes, renforcer dans les mois qui viennent votre participation aux activités du Parti.

Agir ainsi, c’est aider à renforcer l’éveil de la conscience nationale sur la responsabilité qui incombe à nous tous, citoyens de ce territoire béni, de demeurer à jamais le porte-étendard de la sauvegarde de ses intérêts légitimes.

Ce faisant, nous apportons aussi notre obligatoire contribution aux efforts de lutte contre le retour, dans ce pays, de toute nouvelle forme de dictature ou de dérive totalitaire.

Chers compatriotes,

Le spectacle d’apparente immaturité au sommet de l’Etat dans notre pays, la corruption omniprésente au sein des institutions, le manque de volonté politique à assurer les engagements constitutionnels et politiques fondamentaux de gouvernement, l’abandon de l’Etat au profit des intérêts individuels et égoïstes sont devenus les composantes essentielles du quotidien national. Face à ce spectacle inqualifiable, comment ne pouvons-nous pas nous sentir interpellés ?

Eh bien, nous, à Congo Na Biso, le sommes profondément ! Cela explique notre présence si nombreuse en ce lieu, aujourd’hui. Au-delà de la grande famille Congo Na Biso, j’en appelle à la mobilisation de tous nos compatriotes.

Si nous voulons des solutions pérennes aux grands maux qui rongent notre pays et notre société, ensemble, nous devons résister à la naissance d’une nouvelle dictature chez nous. En même temps, nous avons le devoir de rejeter toute forme de confiscation du pouvoir d’Etat par un groupe d’individus qui usent, pour ce faire, de toutes sortes de manœuvres dilatoires.

A tous ceux-là, nous rappelons que l’organisation des élections à des échéances constitutionnelles et légales est une obligation d’Etat. La non organisation de ces scrutins et toute défaillance volontaire en la matière devraient normalement conduire à la démission des responsables censés accomplir ces devoirs d’Etat ou, en tout cas, à la déchéance politique des responsables impliqués dans le processus.

C’est cela le sens de la responsabilité dans la gestion de la chose publique ou de la responsabilité tout court ! Aucun grand commis de l’Etat ne devrait, en effet, être si bien payé et bien entretenu, aux frais du contribuable, et ne pas s’acquitter, au mieux de ses capacités, des obligations que lui imposent la loi fondamentale du pays !

Chers compatriotes,

Face à la situation dramatique que traverse notre pays, j’en appelle à notre devoir patriotique pour aider la RDC, notre mère-patrie, à se redresser, à relever le défi de sa réelle démocratisation et de son développement.

C’est aujourd’hui que nous devons tous répondre à cet appel de la Nation. Car, demain il risque d’être trop tard !

Que vive la République démocratique du Congo ; Que vive Congo Na Biso ; Que vive le peuple congolais. Je vous remercie.

Déclaration faite à Lemba, Kinshasa Le 31 octobre 2015

Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir, Mwalimu

Congo Na Biso

Siège :

Troisième Rue, No 248B,Quartier Industriel, Commune de Limete Kinshasa-RDC

Téléphone:    802 310 3273
Courrier:    congonabisordc@gmail.com
Web:    www.matungulu2016.com